Accueil Actualités
Patrimoine

Le PEA face aux situations particulières de la vie

Publié le 07 Avril 2021 - Mis à jour le 07 Avril 2021
François Villas
Ingénieur Patrimonial BNP Paribas Banque Privée

En vue d’inciter les épargnants à diriger leurs investissements vers les entreprises, la loi Pacte est venue apporter certains assouplissements au fonctionnement du Plan d’Epargne en Actions (PEA). Cette réforme aboutit à rendre aujourd’hui, encore plus qu’hier, ce produit financier plus attractif et séduisant aux yeux des investisseurs en actions. 

A la vue de ces récentes modifications et que cela soit dans l’optique d’effectuer un simple placement en actions ou de préparer sa retraite, le PEA constitue, par son régime fiscal extrêmement favorable ou ses multiples atouts économiques et financiers, un produit financier incontournable qu’aucun investisseur en actions ne peut occulter. N’ayons pas peur des mots, le PEA constitue, aujourd’hui, l’enveloppe financière la mieux disante en terme de fiscalité.

Focus sur les questions relatives aux situations particulières de la vie

Que se passe-t-il en cas de transfert à l’étranger de la résidence fiscale du titulaire du PEA ?

Depuis le 20 mars 2012, des règles distinctes, selon la destination du transfert de la résidence fiscale du titulaire du PEA, s’appliquent.

Dans l’hypothèse d’un transfert de la résidence fiscale dans un Etat autre qu’un Etat ou Territoire non Coopératif (ETNC), le transfert n’est pas constitutif d’un fait générateur de clôture du PEA. Par conséquent, si le titulaire du PEA ne demande pas expressément sa clôture, ce dernier pourra être conservé sans aucune conséquence fiscale, tout du moins française, immédiate ou à venir.

En effet, après le transfert, les gains procurés par les placements effectués sur le PEA du titulaire devenu non-résident continueront à être exonérés d’IR et de PS français. De même, en cas de retrait ou de clôture du PEA postérieurement à sa 5ème année de détention, l’éventuel gain constaté sera également exonéré d’IR et même de PS en raison de la qualité de non-résident de son titulaire.

Il est, toutefois, important de préciser qu’il existe un risque que le caractère capitalisant du PEA ne soit pas reconnu dans le nouvel Etat de résidence et qu’il s’avèrera souhaitable de prendre attache, avant le départ, auprès d’un conseil exerçant dans le nouvel Etat de résidence afin d’anticiper l’ensemble des éventuels effets fiscaux dans cet Etat de la décision de conserver un tel produit.

Dans l’hypothèse d’un transfert de la résidence fiscale dans un ETNC, le transfert emporte automatiquement clôture du plan avec toutes les conséquences fiscales que cela comporte.

Que se passe-t-il en cas de décès du titulaire du PEA ?

A la date du décès de son titulaire, le plan, qui ne peut être transmis aux héritiers, est automatiquement clôturé.

Quelle que soit l’ancienneté du plan à cette date, les gains réalisés depuis l’ouverture sont alors soumis aux PS tout en étant exonérés d’IR, ces PS étant déductible de l’actif successoral.  

On notera qu’étant entendu que la valeur liquidative du PEA se trouve intégralement soumise aux droits de succession au décès de son titulaire, la question de sa clôture et du réinvestissement de sa valeur liquidative sur un contrat d’assurance-vie investi en titres, postérieurement au 70ème anniversaire de son titulaire, trouvera à se poser pour des titulaires de PEA importants souhaitant continuer à demeurer investi au-delà de leur 70ème anniversaire tout en ayant pour objectif de transmettre leur patrimoine dans des conditions favorables. 


Avertissement  : cette page ne doit pas être considérée comme une sollicitation, un conseil en investissement, une recommandation ou une offre de souscrire ou de conclure une quelconque opération sur cet instrument financier et n'emporte aucun engagement contractuel de la part de BNP Paribas.

Les opinions émises dans ce document reflètent une analyse au jour de sa rédaction au regard de la réglementation en vigueur à cette date et sont donc susceptibles d’être modifiées à tout moment sans préavis.
Les investisseurs potentiels doivent comprendre les risques, les avantages et inconvénients liés à un investissement et doivent prendre une décision d’investissement seulement après avoir examiné attentivement, avec si nécessaire leurs propres conseils juridiques, financiers, fiscaux, comptables ou tout autre professionnel, la documentation règlementaire, et la compatibilité d'un investissement dans ces instruments au regard de leur propre situation financière, et ne s'en remettent pas pour cela à une entité du Groupe BNP Paribas.
L'investissement dans les produits financiers comporte des risques et notamment un risque de perte en capital, partielle ou totale, risque que vous acceptez en cas d'investissement et que vous devez être financièrement en mesure de supporter. Au regard de ces risques, tout investisseur potentiel doit disposer des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les caractéristiques et les risques liés à chaque opération.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

Notre expert
François Villas
Ingénieur Patrimonial BNP Paribas Banque Privée