Accueil Actualités
Investissement

Les produits structurés pour répondre à un environnement complexe

Publié le 05 Février 2020 - Mis à jour le 10 Août 2020

Dans un contexte marqué par l’incertitude et par la baisse des rendements, ces produits permettent d’apporter des solutions complémentaires répondant aux besoins des investisseurs quels que soient leurs objectifs ou la tendance du marché.

L’équation est devenue plus complexe pour les investisseurs en recherche de rendement. Guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, Brexit et tensions politiques (Iran, Hong Kong…) font peser un risque sur la croissance économique. Les marchés obligataires sont affectés et les taux d’intérêts évoluent, dans certains cas, en territoire négatif. Dans un tel contexte, les produits structurés peuvent représenter une solution complémentaire.

Une grande adaptabilité

Le principe de ces produits est simple, associant un placement monétaire ou obligataire et une stratégie sur dérivés. « Ils se classent globalement en trois catégories (préservation du capital, rendement et exposition) mais ils ont l’avantage de s’adapter pour apporter à chaque client une solution sur mesure répondant à ses besoins en termes de rendement-risque », explique Pascal Mercier, conseiller en investissement chez BNP Paribas Banque Privée. Le choix des dérivés est fonction du niveau de rendement souhaité par l’investisseur, de son horizon de placement, des conditions de marché, du risque qu’il est prêt à accepter (capital garanti ou non) et de sa volonté de s’exposer à une classe d’actifs en particulier. L’univers des sous-jacents est de plus en plus vaste, qu’il s’agisse d’actions ou d’indices actions, de crédit, de taux d’intérêt, d’or, de devises… Il est  possible de s’exposer aujourd’hui à des thématiques comme l’investissement socialement responsable grâce à la prise en compte de critères
environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG ). « Les clients Gestion de Fortune ont accès à un large panel de produits car nous travaillons en architecture ouverte, souligne d’ailleurs Pascal Mercier. Cela accroît d’autant plus la capacité à répondre finement à toutes les situations. De ce fait, les produits structurés sont devenus, avec le temps, une composante à part entière de l’allocation d’actifs, en permettant à l’investisseur de procéder à des arbitrages tactiques ».

 

Se diversifier tout en restant liquide

Les produits structurés ne sont bien entendus pas exempts de risques. Ils sont de deux natures principales : le risque de crédit sur la partie obligataire et le risque de marché lié aux dérivés. La valorisation de ces produits est sensible à plusieurs facteurs de marché comme l’évolution des taux d’intérêt sur la partie obligataire ou le cours et la volatilité du ou des sous-jacent(s) sur la partie dérivés. La recherche de rendement dans un environnement de taux bas, voire négatifs, amène à s’orienter vers des produits à barrière, avec une mise à risque du capital en cas de franchissement de celle-ci à une date déterminée. « Et l’une des caractéristiques les plus appréciables de ces produits est la possibilité de déclencher un remboursement anticipé avec un gain, même en cas de stabilité du sous-jacent, à des dates intermédiaires au cours de la vie du produit », poursuit Pascal Mercier. En outre, la liquidité d’un produit structuré est prévue dès la souscription. La banque émettrice assure la liquidité quotidienne à la vente et rachète ainsi les produits au prix déterminé par les conditions de marché en vigueur.

 

Article issu de La Lettre De Gestion de Fortune, n°24 du mois d’octobre 2019.